Table ronde contre piédestal

Dans son « Essai sur le don », Marcel Mauss nous livre l’une des « Chroniques d’Arthur », dont je reprends ici un extrait  car sa transposition au « management » au sein des organisations ne nécessite aucune explication supplémentaire. L’Art de la chefferie et du commandement reposant sur la convivialité et la mise en commun en lieu et place de la division pourtant si chère à de nombreux stratèges, s’y dévoile comme la seule stratégie de management possible dans les organisations complexes qui m’intéressent dans ce carnet de recherche, à savoir les organisations de soins. Je vous livre cet extrait tel quel sachant que l’ensemble du document est accessible sur le site Gallica de la BNF1)

« Les Bretons, les Chroniques d’Arthur, racontent comment le roi Arthur, avec l’aide d’un charpentier de Cornouailles inventa cette merveille de sa cour : la « Table Ronde » miraculeuse autour de laquelle les chevaliers ne se battirent plus. Auparavant, par sordide envie, dans des échauffourées stupides, des duels et des meurtres ensanglantaient les plus beaux festins. Le charpentier dit à Arthur : « Je te ferai une table très belle, où ils pourront s’asseoir seize cents et plus, et tourner autour, et dont personne ne sera exclu… Aucun chevalier ne pourra livrer combat, car là, le haut placé sera sur le même pied que le bas placé ». Il n’y eut plus de « haut-bout » et partant plus de querelles. Partout où Arthur transporta sa Table, joyeuse et invincible resta sa noble compagnie. C’est ainsi qu’aujourd’hui encore se font les nations, fortes et riches, heureuses et bonnes. Les peuples, les classes, les familles, les individus pourront s’enrichir, ils ne seront heureux que quand ils sauront s’asseoir, tels des chevaliers, autour de la richesse commune. Il est inutile d’aller chercher bien loin le bien et le bonheur. Il est là, dans la paix imposée, dans le travail bien rythmé, en commun et solitaire alternativement, dans la richesse amassée puis redistribuée, dans le respect mutuel et la générosité réciproque que l’éducation enseigne ».

Voici le point d’orgue de ce billet: Je m’interroge aujourd’hui sur la nature même du management tel que je peux le percevoir en tant qu’observateur de grandes organisations de soins: un management centralisé et hiérarchique, visant à imposer des décisions prises de manière unilatérale (la plupart des professionnels de soins n’étant pas impliqués dans les instances de décision représentatives), et présentées comme la résultante d’une fatalité économique réifiant toutes les relations humaines. De nombreux travaux en sciences économiques soulèvent la question des modalités de passage d’une économie concurrentielle à une économie « conviviale » pour reprendre le terme utilisé par la revue du Mauss. Le corollaire indispensable de ceci est la question de savoir comment passer d’un management/leadership par la mise en concurrence et la hiérarchisation à un management par la coopération et la « circularisation » des relations sociales.

La condition « sine qua non » ne serait-elle pas celle du ralentissement des relations humaines? J’entends par là, une intensification des liens sociaux par un temps plus long alloué aux interactions sociales. Si dans chaque groupe social durable, chacun doit s’adapter et s’ajuster constamment aux autres, ne faut-il pas laisser du temps à cela? L’augmentation des cadences productives ne risque-t-elle pas de briser tout lien de coordination? Même si ce cher Henry Mintzberg nous décrit 5 mécanismes types de coordination, celle-ci, quelle que soit la taille de l’organisation, peut-elle se passer de l’ajustement mutuel?

  1. Mauss M. Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. L’année sociologique. 1923-1924:30-180 (p. 185 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *