L’éducation thérapeutique à bas prix: un incitatif au productivisme quantitatif et à la promotion de la consommation des soins à tout prix

Actuellement, le système français de tarification rémunère l’activité médicale des médecins et des entrepreneurs de soins sur la base des actes techniques et des hospitalisations réalisées.

Cette rémunération à l’acte technique et aux durées d’hospitalisation invite à investir prioritairement sur des activités cliniques techniques et d’hospitalisation en adoptant des stratégies de volume afin de couvrir les coûts fixes de personnel et les coûts fixes d’équipements. Dans le secteur de la cardiologie par exemple, la caisse d’assurance maladie accepte d’introduire dans sa nomenclature des activités très coûteuses comme l’ablation de la fibrillation atriale mais refuse encore aujourd’hui de financer des activités d’éducation thérapeutique. Or ces activités d’éducation thérapeutique sont bénéfiques à plusieurs titres :

– elles promeuvent de nouveaux comportements de patients, qui en participant à leur programme de soins, se sentent plus responsables et prennent mieux en compte leur problème de santé

– elles évitent des dépenses de santé inutiles en évitant de nouvelles hospitalisations, plus coûteuses

– elles s’inscrivent dans une nouvelle économie de la santé, qui comme en matière de développement durable, prend le chemin de moindres consommations de soins curatifs pour le développement de la médecine préventive.

Naturellement, aller dans cette direction,  pour un établissement de soins en développant de manière très importante ses programmes d’éducation thérapeutique, c’est se condamner financièrement si l’assurance maladie persévère dans la sous rémunération des activités d’encadrement, de prévention et d’éducation des patients. En gardant une posture de financement du « tout technique » et de la « phase aiguë », l’assurance maladie bloque le développement d’un comportement écologique dans la prise en charge des patients.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *