Le grand pari de la santé

La santé et l’accès aux soins préoccupent de manière importante la population française selon le dernier sondage conduit par Viavoice pour le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS) entre le 8 et 10 décembre 2011. 79% des personnes sondées disent que la santé est un thème prioritaire de la campagne présidentielle (résultats du sondage). Ces dernières considèrent également à 72% que la question de l’égalité d’accès pour tous les habitants est tout à fait une priorité d’action du Président de la République élu en 2012, de concert avec la réduction des frais de santé pour les personnes en situation de grande précarité pour 51%.

Pourtant, en dépit de cette grandissante préoccupation des français pour la santé, le diagnostic est décevant. Certes, la quantification des phénomènes laisse suffisamment de doutes sur la nature des résultats des activités de soins, doutes permettant d’affirmer que tout est satisfaisant du point de vue statistique; il n’en reste pas moins que les problèmes de santé et de bien-être (puisque c’est bien de ceci dont il s’agit si l’on se conforme aux définitions de l’Organisation Mondiale de la Santé) sont traités de manière insatisfaisante pour une quantité non négligeable d’individus. A défaut d’être statistiquement majoritaire, cette quantité non négligeable d’individus insatisfaits est suffisamment importante pour s’exprimer au travers d’institutions nouvelles telles que le Collectif Interassociatif Sur la Santé (www.leciss.org/) au Président si précis et juste dans l’expression des difficultés quotidiennes qu’il représente.

Avec la prégnance des pathologies chroniques, la maladie n’est plus un épisode de vie entre parenthèse, ce n’est plus le pathologique d’une santé normale. La maladie s’installe dans nos activités quotidiennes et il nous faut la conjuguer avec nos buts et comportements individuels. Or le constat est décevant quand il s’agit d’évaluer l’organisation des services d’accompagnement, de diagnostic et de soins visant à aider la personne malade dans son projet thérapeutique et de vie. La qualité des soins prodigués en institutions sanitaires, en réseaux ou en exercice individuel n’est pas optimale et les dynamiques d’amélioration de la qualité semblent trop lente à montrer leur efficacité. Les parcours de soins pour les patients restent compliqués malgré l’amélioration des procédures administratives et, en toile de fond, les difficultés sociales ne sont pas suffisamment accompagnées. Or, ces difficultés sociales augmentent considérablement l’effort à réaliser pour adapter son environnement et ses comportements à sa disposition pathologique.

Ce diagnostic est décevant car il laisse le goût amer du sentiment que nous ne faisons pas du mieux que nous pouvons. Le cas de l’Education Thérapeutique des Patients (ETP) nous donne une première illustration du fait que nous ne faisons pas du mieux que nous pouvons. L’ETP est promue aujourd’hui par la Haute Autorité de Santé (HAS), car elle fait la preuve de son efficacité à moindre coût pour améliorer les marqueurs cliniques des patients. On s’attendrait alors à ce que de nombreuses ressources soient affectées au développement d’activités d’ETP sur tout le territoire. On souhaiterait que toutes formes d’ETP soient promues (sous forme associative en ville et en institutions hospitalières, individuelles et collectives, par des mises en situation et théoriques…), coordonnées par des professionnels formés. On s’attendrait également à ce que les démarches administratives soient accompagnées par des experts de l’Agence Nationale d’Appui à la Performance (ANAP). Ces attentes ainsi formulées ne sont absolument pas délirantes et leur faisabilité tout à fait vraisemblable. De surcroit, si l’on s’autorisait un peu de prospective, l’ETP ainsi installé dans les pratiques et savoirs servirait de tremplin à l’expression des préférences des patients et au renforcement de la décision partagée en santé. Elle serait le pilier de la démocratie sanitaire. Pourtant, au quotidien, l’accompagnement fourni par l’ANAP s’intéresse à l’optimisation de l’appareil de production installé (efficience productive) en priorité et néglige l’optimisation des savoirs et compétences en pleine ébullition dont regorgent nos institutions sanitaires (leviers d’efficience allocative). Personnellement, je trouve cela très frustrant, d’autant plus que la tâche pour l’ANAP n’en serait techniquement pas plus ardue et de surcroit serait un peu moins en opposition frontale avec les valeurs des professionnels de santé.

De nombreuses autres illustrations du fait que nous ne faisons pas du mieux que nous pouvons pourraient être décrites ici. La rôle de la santé mentale dans la santé physique n’est pas suffisamment pris en compte dans la prescription médicale, tout comme la dénutrition des patients hospitalisés n’est pas suffisamment dépistée ni traitée. La négligence exprimée par les systèmes de soins à l’égard des leviers clefs de la santé des patients me font l’effet d’un système qui n’utiliserait que des voitures de course parce que c’est plus complexe là où des véhicules de tourismes obtiendraient des résultats plus probants pour atteindre leur cible.

Voilà la grand pari de la santé pour 2012! Améliorer la qualité et l’accès aux soins pour tous tout en comprimant les dépenses par habitant et ceci en actionnant les leviers les plus simples de la santé: la qualité clinique inter-disciplinaire et inter-professionnelle ainsi que l’éducation thérapeutique. 

Ce pari n’est pas incohérent car nous commençons à avoir aujourd’hui des preuves tangibles, à la réalité évidente, qu’il est possible d’initier une dynamique d’amélioration continue de la qualité des services de soins tout en réduisant les dépenses par habitant123. Ce pari doit devenir le pari des administrations publiques qui régulent les systèmes de soins au risque de les vider de leur substance humaine au profit de réponses strictement technologiques.

  1. Institute of Medicine. The Healthcare Imperative: Lowering Costs and Improving Outcomes – Workshop Series Summary: IOM; 2011 []
  2. DGOS/SANESCO. Enquête nationale pour l’évaluation des inadéquations hospitalières – Lot 2: coût des inadéquations hospitalières. 2011. p. 89. []
  3. Briot P, Teil A, Belnap T, Cannon W. Impact sur la qualité des soins et les dépenses de santé d’un modèle intégré de coordination des soins à Intermountain Healthcare, Utah. Soumis à la revue Pratique et Organisation des Soins-Healthcare policy. 2012:20 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *