Savoir regarder plus loin que le statistiquement significatif pour repenser les politiques de santé

Hospimedia titrait en ce 3 mai 2012 « Entre-deux tours: la santé sur le carreau »1. Le dernier paragraphe de cet article permet à lui seul de mesurer l’ampleur du silence en matière de programme politique sanitaire et social de cette dernière année: « Pourtant, à l’annonce du 2è tour, plusieurs acteurs de la santé ont tenté, à nouveau, de requinquer le débat... ». Le journaliste cite alors pas moins de 12 institutions sanitaires et sociales ayant commis une lettre ouverte, des propositions concrètes, des questions… Rien ne leur a été répondu si ce n’est cette réponse, toujours selon Hospimedia, donnée par le Président de la République le 3 mai dans la matinale de RTL « Peut-être que si la santé marchait si mal, on en aurait fait un sujet du débat. Et si c’est parce qu’on avait le meilleur système de santé au monde qu’on en a pas parlé… On ne parle jamais des trains qui arrivent à l’heure »2.

Ainsi, une première hypothèse explicative de ce silence nous est donnée: « le système fonctionne bien et il n’y a pas besoin d’en parler ». Kim Willsher cité également par Hospimedia avance une deuxième hypothèse pour expliquer l’absence de débats et de ligne de conduite politique en matière sanitaire et sociale en citant Louis-Jean Couderc: « the politicans are scared by the health issue. It’s too much of a minefield. Nobody dares address the problems because they fear losing 100 000 votes in one fell swoop ». Et plus loin, « there is no mirable solution. The things we have to do are difficult but we have to do them« . Ainsi, cette hypothèse expliquerait l’absence de débat par le fait que les bonnes idées existent mais elles doivent être tues en période électorales, car en contradiction avec les valeurs professionnelles d’une trop grande partie d’électeurs. Donc, deux niveaux d’hypothèse: niveau 1 – « il n’y a pas de problème », niveau 2 – « il y a des problèmes, nous connaissons les solutions mais les professionnels s’y opposent et il est préférable de les taire provisoirement ».

Si cette solution est plausible, comment expliquer ce que ce soit un tel terrain miné ? Comment expliquer qu’une telle contradiction puisse exister entre une communauté de professionnels aussi unanime qu’hétérogène et les choix des représentants politiques? Comment peut-on expliquer que les professionnels de santé soient finalement unanimes pour dénoncer les dérives actuelles des politiques sanitaires et sociales ? Comment se fait-il que le dialogue social soit à ce point rompu? Quels sont les sacrifices professionnels demandés par les réformes actuelles qui soient à ce point insupportable aux acteurs des soins du quotidien?

Je me permets une troisième hypothèse explicative du silence en matière de politique sanitaire et sociale: le pilotage des politiques sanitaires et sociales par les statistiques agrégées conduit à une rupture totale entre la réalité quotidienne des professionnels de santé et la représentation que s’en donnent les institutions nationales. Le diagnostic qui prévaut aujourd’hui au niveau national n’est pas partagé par les acteurs de terrain. Les réalités ne sont pas les mêmes et l’on assiste à un dialogue de sourds. Ainsi, le niveau institutionnel n’est plus à même de proposer les bonnes orientations et les bons outils d’amélioration du système. Je propose une hypothèse de niveau 3 qui nous concerne tous : « le système doit être amélioré, les idées dominant l’administration publique sont insatisfaisantes même pour l’administration publique qui ne parvient à les légitimer aux yeux des professionnels, mais nous ne savons pas comment en proposer et mettre en oeuvre de meilleures« . Nous (les politiques, militants et chercheurs) sommes à court d’idées nouvelles car nous ne savons par observer les mécanismes quotidiens de la qualité des soins. Nous raisonnons par ordres de grandeur statistique qui opposent les différentes logiques en identifiant des tensions (tension entre la qualité et les coûts, tensions entre la productivité et le relationnel, tension entre le « cure » et le « care ») et dont la significativité est proportionnelle à la grossièreté du découpage typologique des données3.

 

 

  1. J’en profite pour remercier les membres d’Hospimedia pour cet article ainsi que pour la qualité des prestations offertes tout à fait pertinente pour mon travail de recherche []
  2. édifiant… []
  3. à ce titre, les problèmes d’homogénéité des groupes homogènes de séjour utilisés pour la facturation des établissements de santé ne sont qu’une très infime illustration de cette problématique politique de la représentativité des données collectées []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *