Archives par mot-clé : Epistémologie

Posture épistémologique

Dans le dernier chapitre de son ouvrage « la fin des certitudes,  Ilya Prigogine conclut de la manière suivante:  « le futur n’est pas donné. Nous vivons la fin des certitudes. Est-ce là une défaite pour l’esprit humain? Je suis persuadé du contraire » . Entre certitudes ou incertitudes? Entre déterminisme ou volontarisme? Entre positivisme ou constructivisme? Prigogine montre dans son livre à quel point les développements de la physique au cours du temps ouvrent une « voie étroite entre lois aveugles et événements arbitraires », en d’autres termes entre des positions symétriques et opposées sur la manière d’appréhender le réel.  Cette nouvelle voie est aussi celle où « nous découvrons qu’une grande partie du monde alentour avait jusqu’alors glissé entre les mailles du filet scientifique« .

Premier postulat épistémologique, cette nouvelle voie, étroite et combinatoire entre des positions qui n’ont de contradictoires que les apparences, est celle qui s’impose à moi face à un déterminisme et un constructivisme insatisfaisants pour décrire l’évolution du réel. Le déterminisme est insatisfaisant non pas uniquement parce que  « l’homme se défend contre l’idée qu’il est un objet impuissant dans le cours de l’univers » (Einstein cité dans Dutta et Robinson et repris par Prigogine), mais bien parce que Prigogine nous démontre que nos choix modifient également le cours « naturel » des choses. Le constructivisme est insatisfaisant parce que la volonté humaine ne saurait être le seul facteur d’évolution du réel, tant celui-ci se compose d’une multitude d’autres facteurs exogènes à cette volonté humaine.

Trouver un voie étroite et combinatoire ne signifie cependant pas « tiédir » chacune de ses postures en cherchant une posture intermédiaire, ou en d’autres termes en cherchant à mélanger du blanc et du noir pour qu’ils deviennent gris. Il s’agit d’articuler ces deux positions extrêmes et de comprendre dans quels cas les phénomènes peuvent être considérés comme positifs et dans quels cas les phénomènes peuvent être considérés comme construits. Il s’agit ici de décrire plus précisément les phénomènes pour pouvoir retrouver dans le gris, les deux composantes du blanc et du noir. Si je me permets ici une analogie avec la roue du Yin et du Yan,  une vitesse de rotation suffisante de cette roue peut donner l’illusion d’un mélange gris, mais l’observation plus fine nous montre alors ses composantes noires et grises.

Ceci m’amène à un deuxième postulat épistémologique important retenu pour mes recherches. La recherche d’agrégation des phénomènes, propre notamment aux classification et regroupements utilisés en sciences, nous fait perdre la connaissance précise des composantes de ces phénomènes pour ne les voir ensuite teintés que de gris. Si les sciences ont pour objectif de rendre intelligible le réel par une classification de ses composantes, n’oublions cependant pas « l’ornithorynque » dont Umberto Eco se sert pour conduire une réflexion sur la manière dont ses classifications, tout en permettant la représentation du réel, en figent les représentations et constituent des barrière à l’évolution même de la connaissance. Ainsi, les classifications, nomenclatures et représentations agrégées du réel sont impropres selon moi à la prise de décision. En d’autres termes, et vous m’excuserez ce raccourci logique, la décision politique (au sens de l’organisation de la cité) ne peut se contenter d’un « pilotage à distance » réalisé à partir de données comptables agrégées. Les informations remontant au centre ne sauraient fournir des représentations suffisantes pour la régulation des systèmes économiques. Ceci dans le champ de la physique est clairement décrit par Prigogine: « les interactions dynamiques transitoires telles que le scattering ne sont pas représentatives des situations que nous rencontrons dans la nature. Elles correspondent à des situations simplifiées que l’on peut réaliser en laboratoire. Mais ce sont des idéalisations, car dans la nature, les interactions sont persistantes (…) La description de la nature environnante a donc peu à voir avec la description régulière, symétrique par rapport au temps, associée traditionnellement au monde newtonien« .

Ceci m’amène au troisième postulat épistémologique, que je soutiens aujourd’hui en sciences de l’organisation et du management, à savoir la supériorité de l’auto-organisation sur une organisation centralisée. Prigogine encore cite un rapport de 1995 aux Communautés européennes où C.K. Biebracher, G. Nicolis et P. Schuster écrivent: « le maintien de l’organisation dans la nature n’est pas –  et ne peut pas être – réalisé par une gestion centralisée, l’ordre ne peut être maintenu que par une auto-organisation. Les systèmes auto-organisateurs permettent l’adaptation aux circonstances environnementales; par exemple, ils réagissent à des modifications de l’environnement grâce à une réponse thermodynamique qui les rend extraordinairement flexibles et robustes par rapport aux perturbations externes. Nous voulons souligner la supériorité des systèmes auto-organisateurs par rapport à la technologie humaine habituelle qui évite soigneusement la complexité et gère de manière centralisée la grande majorité des processus techniques.  Par exemple, en chimie synthétique, les différentes étapes réactionnelles sont généralement soigneusement séparées les unes des autres et les contributions liées à la diffusion des réactifs sont évitées par brassage. Une technologie entièrement nouvelle devra être développée pour exploiter le grand potentiel d’idées et de règles des systèmes auto-organisateurs en matière de processus technologiques. La supériorité des systèmes auto-organisateurs est illustrée par les systèmes biologiques où des produits complexes sont formés avec une précision, une efficacité, une vitesse sans égale! ». Prêtez-vous à un petit jeu et remplacez dans cette citation laissée intacte le terme « thermodynamique » par « en termes d’interactions sociales« , le terme « chimie synthétique » par « gestion« , le terme « réactionnelles » par « incitatives« …  La conséquence en matière d’organisation et de gestion de l’activité économique est double: (1) une remise en cause de la séparation de la conception et de la réalisation des postes de travail. Ainsi, la conception s’inscrit de manière continue dans la réalisation du travail et chacun doit participer à la conception de son propre poste (même si ce dernier aboutit à une solution en apparence déjà connue). Ce principe est cependant d’application difficile parce qu’il questionne la capacité et la volonté d’autonomisation des collectifs de production. Il impose d’admettre l’incertitude et d’être capable d’agir dans le doute. Le développement des connaissances et des compétences de chacun devient alors la priorité de toute entité productive. (2) une remise en cause de la séparation de la décision et de l’action où les administrateurs auraient en charge la première. Le management se réinvente comme une activité de promotion et d’accompagnement de l’auto-organisation. Il sollicite le développement de la connaissance et assure le maintien de l’ouverture du système à son environnement. Il ne peut s’agir d’enfermer les agents dans des entités budgétaires au périmètre administrativement fermé.

Quatrième et provisoirement dernier postulat épistémologique, que je retiens de l’application au champ des organisations humaines, des connaissances en physique relatées par Prigogine. Les organisations humaines sont des systèmes instables au sens où il y a rupture d’équivalence entre l’individuel et le collectif et il existe une diversité de trajectoires possibles pour atteindre un même objectif (le collectif ne se réduit pas à la somme des entités) et ceci parce que les interactions entre les entités créent de nouveaux phénomènes indépendants des volontés individuelles. Ce qui vient alors dans une hypothèse indéterministe imposer une limite à la liberté (bien différente de la limite issue du déterminisme) à savoir une limite imposée par les réactions et interactions collectives. « Notre monde présente des interactions persistantes. Ainsi, les molécules dans l’atmosphère sont continuellement en collision. Or, nous ne pouvons comprendre ce processus continuel de collisions à partir d’une idéalisation consistant à ne considérer que quelques molécules dans le vide » . Les organisations humaines suivent des dynamiques instables par le fait même des interactions persistantes avec l’environnement. Ces dynamiques instables peuvent adopter des trajectoires différentes et conduire à des réels différents. « Aujourd’hui, nous n’avons plus peur de l’hypothèse indéterministe. Elle est la conséquence naturelle de la théorie moderne de l’instabilité et du chaos. Et elle confère une signification physique fondamentale à la flèche du temps sans laquelle nous sommes incapables de comprendre les deux caractères principaux de la nature: son unité et sa diversité » (Prigogine-La fin des certitudes). La nature est « unique » dans la mesure où par les mécanismes d’interrelations, elle peut être envisagée comme une et indivisible où chaque phénomène en est constitutive. La nature est empreinte de diversité puisque les trajectoires suivies par les entités sont diverses répondant à des stimulations également diverses. Penser un modèle unique d’organisation performante devient alors impensable détruisant la liberté de chacun de s’adosser à des trajectoires probabilistes différentes.

Le point d’orgue de ce billet est le suivant: la diversité est source de créativité et l’enjeu en sciences de gestion réside non pas dans la fabrication d’un modèle combinatoire hybride standardisé mais bien dans l’accompagnement des actions et interactions entre les acteurs. Les trajectoires organisationnelles deviennent « des grandeur probabilistes auxquelles on ne peut attribuer une valeur bien définie à la fois de sa coordonnée et de son moment. Cela signifie que le résultat de leurs (opérateurs) applications successives sur une fonction dépend de l’ordre de succession de ces applications« . C’est pour cela que la méthodologie de recherche que j’adopte aujourd’hui se centre sur l’identification des séquences organisationnelles, l’ordre de succession des évènements managériaux et les résultats mis en lumière afin d’étudier la persistance de leurs interactions dans différents contextes culturels et sociaux.