Archives par mot-clé : Modèle économique

Le SNPHAR-E demande de meilleurs incitatifs

Dans son communiqué du 22 août 2011, le Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateurs Elargi remet en cause la pertinence des référentiels actuels de la performance mobilisés pour gouverner l’activité hospitalière : « La performance des établissements n’est pas synonyme de qualité des soins mais témoigne seulement de leur capacité à être rentable ; la qualité n’est plus une exigence du meilleur soin, mais plutôt l’application de protocoles de soins, standardisation de l’art médical ; les indicateurs ne sont pas des indicateurs du « bien soigner », ou du service rendu, mais du soigner au moindre coût ; l’efficience est un critère économique ; quant au benchmarking, c’est l’outil suprême de la concurrence, sur laquelle repose toute la théorie du nouveau management public »(Communiqué SNPHAR-E du 22 août 2011).

Ce communiqué montre bien les deux axes majeurs de la critique: une réserve tout d’abord sur les finalités avec une performance désignant « la capacité à être rentable« . Une deuxième réserve sur la nature des indicateurs utilisés ne mesurant pas « le service rendu » mais les volumes d’actes et leurs résultats analytiques.

Le nombre de professionnels de la santé exprimant des doutes sur les finalités des réformes de gouvernance économique et de gestion croît de jour en jour et montre qu’il est urgent de réfléchir autrement et avec d’autres outils de gestion aux moyens de faire face aux défis actuels actuels de la santé individuelle dans notre société. « La difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles mais d’échapper aux idées anciennes » disait Keynes. L’idée ancienne ne serait-elle pas l’idéal de performance, associé à des logiques de compétitivités et reposant sur une organisation scientifique du travail promue par Taylor au début du siècle dernier, comme source d’émulation et de création de valeurs sociales ? Cette idée ancienne ne serait-elle pas maintenue et confortée par les outils de mesure et d’évaluation à notre disposition actuellement?

Comment « ‘élever notre niveau de conscience« , comme le formule Albert Einstein, pour comprendre l’impact des structures de gestion en place dans les systèmes de soins sur les comportements et le bien-être individuels tant des professionnels que des personnes en situation de souffrance physique et mentale? Voici le « point d’orgue » de ce billet: prendre du recul sur nos activités quotidiennes pour comprendre les buts que celles-ci satisfont de manière délibérée mais surtout de manière non délibérée par les mécanismes d’amplification sociale des actes individuels.